"Le chanteur Orelsan vient d'être condamné par le tribunal correctionnel de Paris à 1000 euros d'amende avec sursis pour injure et provocation à la violence à l'égard des femmes. Il était poursuivi par des associations féministes ( Chiennes de garde, Collectif féministe contre le viol, Femmes solidaires, Fédération nationale Solidarité Femmes, Planning familial).

Même si l'amende n'est pas bien lourde et est prononcée avec sursis, c'est la première fois qu'un tribunal condamne pour ce motif et le Collectif national pour les Droits des Femmes se félicite de cette ouverture. En juin dernier, Orelsan avait été relaxé par le même tribunal correctionnel au nom de la liberté de création alors qu'il était poursuivi par « Ni putes, ni soumises » pour provocation au crime

Les paroles d'Orelsan sont de véritables provocations aux violences contre les femmes : "mais ferme ta gueule ou tu vas t'faire marie-trintigner" ou «Je te quitterai dès que je trouverai une chienne avec un meilleur pédigree». Il est temps enfin que les tribunaux en France considèrent effectivement comme des délits les incitations aux violences faites aux femmes comme ils le font, à juste titre évidemment, pour les incitations aux violences racistes ou antisémites."